Quels modèles économiques pour les projets culturels d’intérêt général ? Programme pédagogique

Le secteur culturel et créatif français dans son ensemble est confronté depuis quelques années à une mutation profonde de son modèle économique, du fait des bouleversements technologiques, des réformes institutionnelles, des évolutions juridiques et de la crise financière et économique.

La révolution technologique qui a marqué les deux dernières décennies a modifié les pratiques culturelles des Français, entrainant la transformation de filières entières : musique, audiovisuel, jeu vidéo… La « culture de l’écran » s’est ainsi imposée, remettant en question les modes traditionnels d’accès aux œuvres artistiques, et interrogeant les processus de création en tant que tels.

La réforme territoriale modifie la donne en termes d’interventions et de répartition des compétences entre acteurs publics, phénomène renforcé par  la crise économique et financière : le budget de l’Etat alloué au secteur culturel est en diminution, et les collectivités territoriales recentrent leurs actions sur leurs compétences obligatoires, souvent au détriment des acteurs culturels.

L’évolution du cadre juridique européen (réglementation des aides d’état) et son application en droit français, notamment via la circulaire du 18 janvier 2010 relative aux relations entre pouvoirs publics et associations, ont entraîné la diminution du recours à la subvention pour financer les projets d’intérêt général. Est de ce fait devenue criante la crainte du secteur associatif dans son ensemble, et du secteur culturel en particulier, de voir disparaître la subvention. Le projet français de loi-cadre relatif à l’économie sociale et solidaire prévoit de clarifier le régime juridique des subventions, dans le but de favoriser le développement des associations.

Dans le même temps,  de nouveaux modes de coopération apparaissent sur les territoires, associant initiatives publiques, associatives et économiques. De nouvelles formes de relations « gagnant-gagnant » se construisent, qui intègrent une approche transversale des problématiques de développement territorial en s’appuyant notamment sur le secteur culturel et créatif. L’Union Européenne, dans sa stratégie renouvelée en faveur du secteur, encourage ce mouvement, et facilitera prochainement la création de nouveaux outils financiers, qui devraient permettre de renforcer la capacité économique des opérateurs. La nouvelle génération de programmes d’action communautaires devrait également permettre au secteur culturel et créatif de contribuer à atteindre l’objectif d’une « croissance intelligente, inclusive et durable » conformément à la Stratégie Europe 2020.

> Voir le programme de la formation


> S'inscrire à la formation

Objectifs de la formation :

  • Permettre aux stagiaires de situer l’économie de leurs projets culturels dans un paysage français et européen en pleine mutation,
  • Réfléchir à la mise en place de coopérations sur leur territoire d’intervention,
  • Appréhender de nouveaux modes d'organisation

 

Intervenants :

  • Kenneth Quiguer - Consultant de la Scop Multicité/Extra-Muros
  • Diana Mathis - Consultante chez YTES
  • Patrick Rosenfeld - Gérant de la société Culture d'Entreprise
  • Elena Fernandes - Coordinatrice et animatrice du cluster initiativesETcité
     

Programme :

Jour 1 (27 janvier 2014)

  • Les problématiques et les enjeux économiques des projets culturels: Quel est le poids économique des associations culturelles en France ? Quel est le contexte législatif national et européen ? Quels outils sont à disposition des porteurs de projet?
  • Quelles nouvelles coopérations envisager entre les associations, les entreprises et le secteur public dans le domaine culturel? Quels réseaux solliciter ?
  • Quel modèle juridique choisir pour un projet ?
  • Quelles sources de financement sont exploitables ?

 

Jour 2 (28 janvier 2014)

  • La stratégie Europe 2020 : quelles nouvelles opportunités ?
  • Quelles sont les politiques européennes de référence pour la mise en place d’un projet culturel d’intérêt général
  • Mise en pratique à partir des projets des stagiaires : quel  mode de coopération imaginer ? Pour quel type de projet ? Selon quel modèle économique ?
     

Inscriptions :

Par mail ou téléphone :
mverstraete@initiativesetcite.com
Tél. 03 20 08 06 93


initiativesETcité se donne le droit d’annuler la formation dans le cas où le nombre d’inscrits serait insuffisant et ne permettrait pas d’inscrire la formation dans une démarche participative.

Les formations développées par initiativesETcité sont organisées par la SCOP Multicité. Organisme agréé par le Ministère de l’Intérieur pour la formation des élus.

*Au titre de son activité professionnelle, notre organisme de formation est exonéré de la TVA.

initiativesETcité se donne le droit d’annuler la formation dans le cas où le nombre d’inscrits serait insuffisant et ne permettrait pas d’inscrire la formation dans une démarche participative. Les formations développées par initiativesETcité sont organisées par la SCOP Multicité. Organisme agréé par le Ministère de l’Intérieur pour la formation des élus.

Retour aux offres de formation

Format:

27 et 28 janvier 2014
2 jours

 

Public :

Ce programme s’adresse à toute personne ayant en charge la gestion, le pilotage ou l’accompagnement de projets culturels au sein d’une association ou d’une collectivité publique.

Tarif net de taxe * :

350 € par jour (repas et collations inclus)

Les formations initiativesETcité peuvent être prises en charge par votre employeur ou votre collectivité, dans le cadre des droits à la formation (plan de formation, DIF).

Lieu :

LAGRAPPE
75 rue Léon Gambetta
59000 Lille

Contact :

Renseignements / inscriptions :
Marie Verstraete [@]
Tél. 03 20 08 06 93